Amour et séxualité

Pourquoi les hommes ont-ils peur d’approcher les inconnues? La science répond

La plupart des gens ne se posent pas la question et pourtant c’est très curieux !

Un homme a généralement beaucoup plus peur de parler à une belle passante dans la rue que de parler à un autre homme ! Quelle explication rationnelle pourrait-il bien y avoir pour un tel phénomène ?

Pour mieux comprendre, il faut revenir au temps où nous vivions en petits groupes dans les jungles, les femmes ne pouvaient survivre seules dans un environnement aussi hostile, elles faisaient toujours partie de groupes avec d’autres hommes qui la protégeaient (et couchaient avec elles).

Dans un tel environnement rencontrer une femme inconnue était synonyme de « rencontrer la femme/partenaire de quelqu’un d’autre », s’approcher de cette inconnue et essayer de la courtiser se faisait au risque de se prendre une dague fatale de son homme (ou d’une flèche ou je ne sais quoi) à n’importe quel moment, seuls les mâles les plus forts (et les plus alpha) pouvaient se permettre la prise de tels risques.

Examinons maintenant la chose d’un point de vue évolutionniste, pour survivre (et avoir une chance de transmettre ses gênes) il fallait soit :

  1. « avoir peur d’approcher les inconnues » : Minimise le risque de se faire tuer par les mâles des autres groupes (et procure donc un avantage de survie) mais restreint le choix de femelles à seules celles du groupe et encore celles qui ne sont pas déjà prises car il y a des bras de fer internes aussi qu’il faut être très fort pour gagner. Resultat : Survie des gênes de la « peur d’approcher » et constitution d’un patrimoine génétique moyen ou pauvre.
  2. « Ne pas avoir peur d’approcher les inconnues » : Soit on se fait tuer avant de pouvoir se reproduire et on s’éteint, soit on est fort et on réussit à s’approprier des femmes à fort potentiel génétique (belles et sexy) et améliorer encore sa progéniture. Résultat : Des hommes forts qui n’ont pas peur d’approcher les inconnues.

On peut donc remarquer l’émergence de deux groupes distincts, ceux qui sont forts et n’ont pas peur et ceux qui sont faibles et ont peur. Cependant, avec les multiples croisements génétique personne aujourd’hui ne peut appartenir à l’un des groupes seulement, tout le monde est un peu une combinaison des gênes des deux groupes.

Cependant, les femmes de leur côté semblent bien avoir établi un lien inconscient entre le courage (peur leur parler) et le haut potentiel génétique d’un côté et la crainte et l’anxiété (pour leur parler) et le faible potentiel génétique, c’est la raison pour laquelle elles ne semblent avoir aucun respect pour un homme qui a du mal à leur parler sans trembler et se crisper.

On en conclut que cette histoire de ne pas avoir peur de parler aux femmes est d’une grande importance pour établir un rapport social constructif avec celles-ci, c’est d’autant plus un trait génétique hérité qui n’a plus beaucoup de sens dans notre monde d’aujourd’hui, il faut juste savoir se maitriser pour le dépasser.

Il ne faut pas comprendre cet article dans le sens qu’il faut aller parler aux inconnues dans la rue sans avoir peur, il ne s’agit pas de ça, ce que je veux dire c’est quand vous avez une belle occasion de parler à une belle femme dans une situation sociale propice, ne gâchez pas vos chances en ayant un ton hésitant, nerveux, et craintif. Il faut avoir confiance en soi et avoir l’air très relaxe pour inspirer confiance et appréciation de l’autre côté … au lieu de tout l’inverse

Richard Chevalier,